Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Lelieuduvin.over-blog.com

Idées, informations, débats... sur le vin, l'oenologie, la gastronomie, la culture... Selon une approche tournée vers le plaisir, l'hédonisme, la curiosité et l'épicurisme.

La vie, l'amour et le reste

Publié le 6 Décembre 2015 par Philippe CUQ

La vie, l'amour et le reste

Pour la sixième année, Eva (une des fées de ce monde magique du bon vin) nous offre pour les fêtes son calendrier de l'Avin : chaque jour un amateur de la toile présente un de ses vins préférés, pour cette période de préparation de fête. C'est là : http://www.oenos.net/​. Voilà ma petite contribution...

Je vous ai déjà fait part de mon approche des plaisirs de Bacchus, fondés sur le partage, l'hédonisme et évidemment l'humain. Le vin ne peut être sans l'Homme ; la destinée naturelle du raisin est plutôt de finir dans une grive ou un sanglier. Cette année, grâce à Eva encore, je vais vous parler d'un vigneron-poète et de vins-poèmes.

Cette année 2015 a vu la violence, la brutalité, le fondamentalisme et l'incompétence, le cynisme et la cupidité, l'inhumanité se rappeler à notre souvenir, près de nous, plus encore qu'avant. Chez nous. Et chez nous-mêmes, nous avons vu gonfler le ressentiment, la haine, les appels aux massacres et cette soif de vengeance à l'encontre de barbares qui prétendent eux-mêmes se venger. Nous avons vu fleurir la peur et l'inquiétude - justifiées - mais aussi l'égoïsme et l'injustice. Nous voyons l'Etat devenir chaque jour un peu plus un adversaire du citoyen. Incapable qu'il est de le protéger, il se réfugie dans ce qui résulte toujours de l'impuissance et de l'absence de projet d'avenir : le mépris, le mensonge, la violence et l'arbitraire. Faute de pouvoir enchanter le monde, nos "représentants" le martyrisent. Faute de se sentir faire partie de la communauté, de la République, ils en musellent les membres et en bafouent les valeurs.

Il me semblait bon pour cet avent de présenter quelqu'un qui représente l'exact contraire. Quelqu'un qui me semble représenter une vie plus respectueuse des autres et du monde et une économie plus collaborative et constructive que prédatrice.

J'ai eu l'embarras du choix, je dois le reconnaître. Et finalement, mon choix s'est fixé sur un vigneron qui fait quelques-uns de mes vins préférés et dont deux des cuvées se sont imposées d'évidence simplement du fait de leur noms.

Pour Pierre-Nicolas Massotte, propriétaire du clos éponyme dans le Roussillon, le vin est un nectar dont il accompagne la naissance de la vigne à la bouteille, avec respect, sans béquilles technologiques, avec patience et - il me semble - parfois avec un peu d'inquiétude, mais toujours avec émerveillement... C'est pour lui un Graal qu'il faut aider à émerger de notre Terre, un cadeau à partager. Pierre-Nicolas, après avoir été ingénieur commercial, est devenu vigneron-maïeuticien, un mot qui sonne un peu comme magicien. Et il applique maintenant son art sur un peu moins de 8 hectares, du côté de Trouillas (pas très loin de Rivesaltes) pour produire des OVNI rouges, blancs ou rosés, secs ou doux.

La vie, l'amour et le reste

Ma première rencontre avec Pierre-Nicolas, c'est par l'entremise d'un collègue - Christophe, qui tient avec Isabelle "Un midi dans les vignes", à Rennes et dont je vous recommande l'établissement sans réserve - qui m'a offert une bouteille de la cuvée Orion avant même que je n'ouvre ma cave. Avec un sourire taquin et les yeux brillants...

Cette première fois fut un peu surprenante. J'avoue avoir pris beaucoup de plaisir à cette bouteille, mais sans vraiment tout comprendre.

Un vin généreux, chargé en alcool et pourtant très buvable et pas fatiguant du tout. Avec un air naturel marqué, mais plein de vivacité, de complexité, de richesse et d'équilibre. Un vin "trop" mais dont tous les "trop" rassemblés finissent par faire un "parfait".

Est-ce un vin pour la table, pour l'apéritif ? Un vin du midi, du soir ou pour la profondeur de la nuit ? Je ne sais pas.

Ce que je sais, c'est que c'est un vin d'émotion, de partage. Un vin qui surprend, qui étonne et qui ravit. Comme toutes ses cuvées, d'ailleurs, dont les noms ont quelque chose de décalé, de poétique.

Ce vin m'a donné envie de rencontrer le vigneron. Et je dois dire qu'il est conforme à ce que j'avais imaginé : sympathique, humble, bosseur, franc... Où l'on vérifie encore que souvent, un vin correspond au caractère non seulement du terroir mais aussi de celui qui le fait.

Aujourd’hui, les deux cuvées que j'avais envie de vous montrer ont des noms d'actualité. Des noms qui réchauffent. Des noms qui sont tous les deux emplis de magie. Des noms que j'aime prononcer.

Il y a "Vie". Issu de vendange précoces qui lui ont donné sa fraîcheur, sa vivacité, ses épices, sa complexité... La vie, et puis l'amour avec "M et t'es toi", son compagnon.

Je ne développerai pas. Ni leurs assemblages, ni leurs analyses (de toutes façons, à part du raisin, du travail et du talent, il n'y a rien). Ce n'est pas le but de ce billet que de donner à lire un compte-rendu de dégustation.

Ce que je voulais surtout c'est vous dire que le vin est un passeur quand il est fait avec talent et humanité. C'est un prétexte au partage, à l'ivresse douce et au plaisir. C'est un remède pour le monde, et pour soi et pour ceux qu'on aime.

Ces vins sont à l'image du monde que je voudrais : généreux, surprenants, sains, aptes à émerveiller et à faire sourire, aptes à créer le dialogue, disposés à offrir une ivresse sans autre conséquence que l'ouverture aux autres.

C'est ce type de vin que je vous souhaite pour ces fêtes de fin d'année. Ce type de vin et la compagnie pour les partager.

Commenter cet article

Cours d'oenologie Paris 11/02/2016 11:38

La vie, un vin bon et généreux.. la vie est belle.